Épave du « Champagne » ou ses restes -15m le 26-08-205

IMG_0443TPetite sortie ce soir pour aller vérifier des informations sur des restes imposants d’une épave. Fin juillet j’avais fait des morceaux mais là c’est imposant. Au moins 50 mètres de long. Cela confirme bien que ce sont les restes de l’épave du « Champagne ». Il a été torpillé en 1943.

24/09/1943 (20h00) : est atteint par deux torpilles tirées par le Dzik à quelques milles dans le sud-est de Bastia.Il parvient à s’échouer sur un banc de sable pour ne pas couler devant la Marana.

Une photo d’époque montre ce torpillage vu au dessus de Bastia :

torpillage_champagneUne autre photo montrant le Cargo légèrement incliné reposant sur le banc de sable :

qadg

Histoire du Champagne :

« Champagne »
Le « Marietta » arriva au Havre conduit par un équipage norvégien, le samedi 5 novembre 1938. Il fut immédiatement mis sur un dock flottant.
Une réception officielle fut donnée, à laquelle assistait Monsieur de Monzie. Le navire fut transféré sous pavillon français le 8 novembre et il apparailla pour essais le 9 novembre et pour son premier voyage, le 10 novembre, sous le commandement de Monsieur Jourdan, avec comme second capitaine Monsieur Pierre-Roger Garnier, chef mécanicien Monsieur Selle. Le premier voyage fut de Talara (Pérou) sur Le Havre par le Canal de Panama à l’aller et au retour.
Le Commandant Jourdan fut remplacé, dès février 1939, par le Commandant Le Terrier puis, en mars 1939, par le Commandant Rougier.
Le navire fut utilisé, jusqu’à la déclaration de la guerre, sur des voyages du Golfe du Mexique (Port-Arthur, Corpus Christi) sur la France et des voyages du Golfe du Mexique sur la Côte Est des États-Unis (Boston, New York) sous le commandement de Messieurs Rougier et Garnier.
A la déclaration de guerre, le navire était en route du Havre sur le Golfe du Mexique. Suivant les instructions, il rallia les Bermudes le 4 septembre 1939 et repartit sur Corpus Christi après avoir pris les ordres du « Naval Controler » allié. Au retour, le navire fit escale à Kingston le 24 septembre et repartit en convoi, le 4 octobre, pour traverser l’Atlantique. Arrivée au Havre le 28 octobre 1939.
Dans ce port, le navire fut équipé de canons et d’une mitrailleuse. Ensuite, commencèrent les voyages du temps de guerre, par exemple le Havre-Corpus Christi avec escales à Brest, Casablanca, Dakar et Fort de France. Mais, bien vite, l’Amirauté renonça à ces détours et le navire fit des voyages directs et sans convoi du Golfe duMexique sur Toulon avec du mazout destiné à la Marine nationale.
Le 23 juin 1940, le navire arriva à Casablanca chargé de mazout au port de Brest. Le navire fut dirigé sur Oran où il séjourna du 27 juin au 27 octobre 1940. Il se trouvait à Oran pendant l’attaque de la flotte anglaise contre Mers El Kebir.
Le « Champagne » fit ensuite quelques transports de mazout de Sidi Abdallah sur Casablanca, de Sidi Abdallah sur Marseille, d’Oran sur Alger, ce qui, malgré des périodes d’arrêt assez longues dans les ports, l’occupa tant bien que mal.
A partir du 1er avril 1941, le « Champagne » fut stationné dans l’Etang de Berre avec de courts séjours à Toulon, La Ciotat et Marseille pour des réparations ou des carénages.
Les autorités allemandes s’intéressèrent de plus en plus vivement aux navires stationnés dans l’Etang de Berre et finalement le « Champagne » fut réquisitionné par elles, le 15 janvier 1943, en même temps que le « Dauphiné », en vertu d’un accord entre les gouvernements français et allemand.
Nous perdons la trace du navire à partir de la réquisition et nous pensons qu’il fut utilisé, en Méditerranée, par la Marine allemande. Nous savons seulement que le 24 septembre 1943, il a été échoué près de Bastia, après avoir été torpillé par les navires britanniques HMS, DZIK et UPROAR. Le navire fut considéré comme perte totale.